Les origines et symboles de la veste de travail

La veste de travail, c’est un peu la tenue uniforme de l’ouvrier, du travailleur manuel. Le vêtement de travail à l’usine se généralise à la fin du XIX ème siècle. Il s’agit au début d’une blouse avec une ceinture qui protège des salissures, puis d’une veste avec un pantalon ayant souvent des poches pour porter des outils. L’habit doit être confortable, solide et se laver facilement.
Pendant que de l’autre côté de l’Atlantique le jeans fait son apparition sous la forme de combinaison et devient l’uniforme de l’ouvrier américain. Les syndicats en France militent pour que les patrons dotent leurs employés d’une tenue, puis beaucoup plus tard pour que l’entreprise prenne en charge l’entretien des bleus.
          Sortie de l'usine Renault (archive) sortie d'usine

Le bleu de travail en France

Alors que les syndicats militent pour que le droit au bleu de travail soit respecté, certains ouvriers refusent de le porter et préfèrent travailler avec leur propre vêtement pour contester l’appartenance à une catégorie sociale et à l’usine.
Le symbole de la couleur bleue de la veste de travail dans la société française d'après-guerre est synonyme du manœuvre, d'appartenance à une classe ouvrière et pas intellectuelle. Le dur labeur est symbole de classe sociale populaire. 
Les Etats-Unis d'après-guerre ont financé entre autres tous les tracteurs Massey Ferguson pour révolutionner l'agriculture artisanale et la rendre industrielle. Les paysans prenaient des crédits subventionnés par l'état pour acquérir cet engin leur permettant de multiplier les récoltes.
Ces derniers devenaient plus au moins capable de financer les études de leurs enfants, ces mêmes enfants partaient loin de leurs foyers pour acquérir le savoir. Ce changement de vie a créé un choc générationnel, les enfants préfèrent vivre en ville, le côté bleu de travail de papa finissant par être délaissé. 

Le choix de matière : 

La moleskine (ou molesquine) est une toile de coton tissée serrée, recouverte d’un enduit flexible et d’un vernis souple imitant le grain du cuir1 avec l’aspect d’un velours rasé, d’une peau de taupe (mole skin en anglais). 
La moleskine est souvent présentée comme le pendant français du denim américain, les deux étant fréquemment teintés à l'indigo et destinés au même usage. Les vêtements en moleskine français peuvent cependant exister en d'autres couleurs en fonction du public pour lequel ils étaient confectionnés : blanc pour les peintres, noir pour les charpentiers, bleu pour les ouvriers d'usines.
 
Veste de travail en drill 
La veste de travail est réalisée dans du coton drill très solide, c'est une alternative de celle coupée en tissu moleskine pour une économie de prix. Toujours en bleu de  Prusse